Kestemantoine  
 
  Festival Verdur 22/08/2017 05 05 17 (UTC)
   
 
Les groupes sélectionnés pour le concours 2008
  • 11h00 : Pale Grey (Malmédy)
  • 11h45 : The Bikinians (Bruxelles)
  • 12h30 : Elvis Black Stars (Andenne/Namur)
  • 13h15 : Carl (Bruxelles)
  • 14h00 : Alpha 2.1 (Bruxelles)

A l'affiche du Verdur 2008
  • 15 h 00 : dEPOTAX [ballet] (B)
    (Vainqueur Concours Verdur Rock 2007)

    Le vainqueur du concours du Verdur Rock 2007, DEPOTAX, est un étrange personnage...

    Ce vieux bâtard hyper-kinétique est sorti de terre il y a quelques années...

    Sur scène, Depotax interprète ses rituels shamaniques incantatoires sous forme de performances musicales à consonances hip-hop, rock, drum&bass, agrémentés des axes du théâtre et de la danse.

    Ces derniers mois, le destin prophétique de Depotax a pris un nouveau tournant, notamment grâce à la victoire au Verdur Rock et aux premiers concerts à l’étranger.

    Sur Scène, Depotax, au chant, sera accompagné d’Omar Kabil aux machines et de Petrushka et Manushka, ses nièces danseuses, sous la formule ‘ DEPOTAX [BALLET] ‘

    Attention, sa dégaine dépote ! Il produit une performance intense et ses capacités théâtrales risquent bien d’hypnotiser le public dès l’ouverture du festival.

    www.depotax.com
    www.myspace.com/depotax
  • 16 h 00 : Remise des prix du concours
  • 16 h 30 : Les ‘Vedettes plus ou moins majorettes’ - Animation

    « Les vedettes plus ou moins majorettes » ne sont pas des majorettes comme les autres. Pourtant, tout y est : bâton, bottes blanches à lacets, musique de fanfare… Leur défilé ressemble à s’y méprendre à une vraie parade de majorettes.

    Entre culture populaire et absurde, des dérapages font rapidement glisser la parade vers un univers burlesque et décalé.

    Ce spectacle musical, anti-déprime, kitsch et complètement surréaliste, réunit une quinzaine d’artistes bruxelloises (plasticiennes, danseuses, comédiennes, stylistes) qui créent un vrai défilé de fausses majorettes et qui réalisent un rêve de petite fille : être une majorette et s’amuser.

    Elles se jouent de tous les clichés et s’approprient avec humour et professionnalisme cet univers lié au folklore populaire et tellement présent dans l’imaginaire de chacun...

    Les vedettes se sont aussi fait connaître en participant aux concerts de KATERINE pour leur chorégraphie sur le tube « Louxor J’adore » et se sont retrouvées entre autres, sur les scènes mythiques de l’Olympia ou du Zénith de Paris !

    www.vedettesplusoumoinsmajorettes.be
  • 17 h 10 : LES BLEROTS DE RAVEL (F)

    Dans la lignée des groupes qui composent une musique engagée mais festive à souhait comme les Ogres de Barback, Debout sur le Zinc ou encore les Hurlements de Léo, les Blérots de R.A.V.E.L débarquent au Verdur Rock avec un nouvel album.

    A leur origine, en 1996, une dizaine de potes décident de partir en vacances ensembles et montent un spectacle de rue, histoire de ne pas buller surla plage et mettre du beurre dans les épinards. Ravis de cette expérience estivale, la troupe qui a choisi le nom des « Blérots de R.A.V.E.L » (Renouveau Artistique Volontairement Elaboré par des Losers), décide de poursuivre les répétitions afin d’élaborer de nouveaux spectacles.

    Après les spectacles de rue, les Blérots commencent à être sollicités pour jouer dans des bars puis des salles et festivals. Ils entament alors leur véritable carrière professionnelle. Sur scène, entre comédie et concert, les chansons évoluent dans un univers théâtral surprenant et décalé.

    Le 1er album (Les Jours Sauvages) est enregistré en 2002 et le second (Les Voleurs du Dimanche) en 2005.

    Après 2 ans de tournée sur cet album, les Blérots travaillent une semaine par mois à l’élaboration du dernier album (Timbré) qui est sorti en février 2008.

    Ce 3ème album nous propose un univers musical composite et composé qui nous transporte au gré d’arrangements subtiles, aussi heureux qu’inattendus.

    Comme son nom l’indique, TIMBRÉ échappe aux conventions pour laisser germer dans nos têtes le petit grain de folie décalé qui se trouve en chacun de nous.
    Entre le swing manouche et le vent du désert, la guitare s’électrifie pour notre plus grand plaisir. La trompette nous parle toutes les langues et l’accordéon nous emmène où il veut, les yeux fermés. Quant à la batterie, si sa pop touche nous ravit, c’est pour mieux nous prendre à revers.

    « Timbré » sonne à merveille et son nouveau spectacle nous sera présenté sur la belle scène du théâtre de verdure : un plateau nu, une quinzaine d’instruments, trois abats jours tombés du ciel….le décor est planté….aussitôt investi par le tourbillon de la vie et, forcément, ça souffle, ça bouge, ça rit et ça se sourit !

    www.blerotsderavel.com
    www.myspace.com/blerotsderavel
  • 18 h 30 : SAINT ANDRE (B)

    Saint André est né au prélude du printemps 2004.
    Derrière Saint André se cache Jean-Charles Santini un jeune Corse de 28 ans, originaire du village de Saint André.

    Auteur compositeur, guitariste et pianiste, Jean-Charles est également un chanteur à la voix très personnelle. Il est accompagné de 3 musiciens liégeois, bien connus au Verdur Rock car ils firent partie tous trois du groupe A New Jazz Orchestra, vainqueur du concours 2003 !
    Jerôme Mardaga (Jeronimo) vient de rejoindre Saint-André et assurera les guitares sur toute la tournée.

    Pratiquant une Pop Rock efficace et riche d’influences très diverses allant de Sophia à Jean Louis Murat en passant par Les Innocents, The divine Comedy et Miossec, Saint André nous met le coeur à l’envers, le nez dans les étoiles et le corps en partance sur le sentier des vacances.

    Les ambiances lead back et aérées du groupe, associées au côté faussement naïf de son leader séduisent immédiatement. Les chansons en appellent aux émotions : joie, tristesse, dégoût, cœur brisé et autres...

    Saint André a sorti son premier album en 2007, "Le Grand Soir", réalisé par Ian Caple, producteur entre autres des Tindersticks, Tricky, Alain Bashung, Higelin...

    Le Grand Soir est disponible chez tous les disquaires ainsi que sur toutes les plates-formes de téléchargement légal et est déjà un des albums révélation de l’année 2007 en Belgique.

    www.saintandremusic.com
    www.myspace.com/mysaintandre
  • 19 h 40 : THE VON DURDEN Party Project (B)

    Né de la rencontre de quatre gars et une fille venus des quatre coins de la Wallonie et regroupant des membres de Melchior et Thurmann, The Von Durden Party Project a vu le jour en janvier 2007 et balance un pop rock crade, parfois « stoner », énergique et dansant, fait de beats puissants, de guitares mélodieuses et de vibes électro.

    Ca parle Danko Jones et Soulwax, David Fincher et Quentin Tarantino, cravates jaunes et chemises noires à manches courtes.
    Le quintette distille une efficacité cash et prend beaucoup de plaisir à jouer.

    Avant même de mettre un pied sur scène le groupe qui a également une belle ambition visuelle, a déjà réalisé deux clips autoproduits. Voir « The Color of the Shape » et « Dance to the Music ».

    C’est par trois concours que seront écrites les premières lignes de l’histoire de Von Durden Party Project, trois concours qui se solderont par une victoire !

    Les idées fusent, une trentaine de maquettes sont enregistrées et c’est en avril 2008 que sortira leur 1er album (« Death Discothèque ») qui sera présenté directement à l’AB Club !

    Après s’être déjà illustré dans quelques festivals, ils se sont révélés à bon nombre de professionnels à la dernière édition de la Boutik Rock au Botanique et risquent bien d’exploser vraiment au grand jour dans le chaudron magique du Verdur Rock…

    www.myspace.com/vondurden
  • 21 h 00 : THE BUG (UK) Feat. Ricky Rankin (Roots Manuva), Warrior Queen & Flowdan

    A la tête de The Bug, Kevin Martins est un artiste singulier qui s’est forgé une solide réputation à travers une multitude de projets et de collaborations : d’Anti pop Consortium aux Soundsystems reggae londoniens en passant par DJ Vadim et Kevin Shields de My Bloody Valentine.

    Il est aussi connu pour être la moitié de Techno Animal et avoir collaboré avec God, Pressure, Razor X, etc….

    Bug est signé sur des labels prestigieux tels que Ninja Tune, Rephlex, Soul Jazz ou Hyperdub.

    Ce projet touche-à-tout incorpore dans sa musique des éléments aussi divers que le Breakcore, le hip-hop, le métal, le dance hall, l’ambient, le grime ou le dubstep, pour composer un ragga barré et sans concession, teinté de noise et d’électro.

    Pour ce concert au Verdur Rock, nous avons la grande chance de recevoir en exclusivité 3 MC’s qui sont invités sur le dernier album de The Bug : Warrior Queen, Ricky Rankin (de Roots Manuva) et Flowdan (Roll Deep).

    Attendez-vous donc à une belle révélation et à un concert mutant à l’énergie dévastatrice !

    www.myspace.com/thebuguk
    www.ninjatune.net/ninja/artist.php?id=135
  • 22 h 30 : HOOVERPHONIC (B)

    On ne les présente plus ! Il s’agit du groupe belge le plus connu qui poursuit une belle carrière internationale et qui vient nous présenter en festival son nouvel opus : « The Président of the LSD Golf Club »

    La bande d’Alex Callier vient de faire un longue tournée de salles où le groupe, qui a jadis rempli Forest National et joué dans les plus grands festivals (en 2001, ils étaient tête d’affiche à Werchter devant 50.000 personnes !), a eu envie de renouer avec un contact plus proche avec son public.

    Malgré leur énorme notoriété (tournées américaines, musiques utilisées pour de grosses campagnes de publicité à l’étranger…) en janvier 2008, suite à un concours organisé par Pure FM, le groupe a même proposé un concert d’une heure dans le salon personnel de la gagnante namuroise où ils se sont montrés d’une incroyable disponibilité…

    Le groupe qui avait été rejoint en 97 par la belle Geike Arnaert, s’est imposé comme un des fers de lance de la scène pop-rock belge avec une série d’albums (9 en 10 ans !) impeccables qui révèlent toujours des mélodies imparables et des chansons inoubliables.

    Voyageant souvent dans un univers personnel, intimiste et sentimental, leur son pop-rock, d’abord assimilé au trip-hop, lorgne cette fois plus du côté psychédélique, Alex Callier désirant faire honneur à ses racines musicales : la musique psychédélique des années « 60 ».

    Pour l’enregistrement de « The Président of the LSD Golf Club », tous les titres ont été joués live. Rien n’a été coupé ou collé, uniquement des musiciens pour un épanouissement au travers de la palette colorée des sons d’instruments vintage ; il s’agit sans conteste de l’album le plus osé et le plus expérimental qu’ Hooverphonic viendra nous présenter dans l’arène du théâtre de verdure, magnifié par un superbe light show.

    www.hooverphonic.com
    www.myspace.com/hooverphonic
  • 24 h 00 : DAAN (B)

    Personnage haut en couleur, Daan Stuyven fait l’unanimité des deux côtés de la frontière linguistique. Tantôt dandy malicieux, tantôt cowboy mélancolique, il a pris l’habitude de transformer ses concerts en immense fête où l’on se surprend à reprendre en chœur des paroles intrigantes. Enfant du surréalisme, Daan n’a pas peur des contradictions ni des combinaisons un peu bizarres.

    Auteur compositeur, musicien de studio et graphiste, Daan s’est fait connaître et s’est imposé avec le groupe Dead Man Ray. Il apporte à la formation son goût certain pour la pop électronique et l’usage des ordinateurs. Groupe expérimental, parfois bruitiste, souvent intimiste, Daan s’y sent sans doute un peu à l’étroit et entreprend, dès 1999, de travailler en solo sous son propre nom.
    Il a proposé depuis lors 4 albums : Profools, Bridge Burner, Victory et le dernier, « The Player » sorti fin 2006 et qui a bénéficié d’une sortie européenne.
    Ses tournées le conduiront sur les plus grandes scènes. Il remplit plusieurs fois l’Ancienne Belgique, enflamme la plaine estivale de Werchter ou encore les festivals Couleur Café, Les Francos, les Ardentes, Dour…etc.

    Les prestations live de cet homme à la grande classe, raffiné et élégant, se donnant à corps perdu pour chaque morceau, sont toujours très remarquées.
    Dans sa musique on trouve une couche de base assez électronique, souvent dance, sur laquelle s’ajoutent des couches mélodiques très riches parfois proche de la musique classique. Puis vient sa voix, ou plutôt ses voix, qui elles aussi sont aussi noires que baroques, narrant une vie nocturne urbaine, tantôt mélancolique, tantôt cynique, parfois si légère au point d’en devenir suspecte…

    Il nous revient à Namur après ses passages mémorables au Grand Manège en 2000 et à la Maison de la Culture en 2007 où il avait véritablement enflammé le public.

    Attendez-vous donc à une belle clôture de festival avec cet artiste résumant la Belgique à lui tout seul, un artiste parmi les plus créatifs et attachants du moment.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Publicité

=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=